dimanche 14 octobre 2012

Deux autres vies de Milarepa


Droukpa Götsangpa

Il existe actuellement encore plus de 25 hagiographies de Milarepa. La plus connue est celle de Tsangnyeun heruka (gtsang smyon he ru ka sangs rgyas rgyal mtshan 1452 - 1507), dont il existe plusieurs traductions.

Francis V. Tiso vient de publier un livre sur Milarepa, Liberation in One Lifetime, qui contient la traduction (en anglais) de la hagiographie, « rechungpiste », rédigée par Gyelthangpa (rgyal thang pa bde chen rdo rje[1]), qui fut sans doute un disciple de Gueutsangpa Gonpo Dordjé (1189 -1258), à l’origine de la lignée Droukpa Kagyu, ainsi que l’auteur d’autres hagiographies.

Andrew Quintman (Yale University), un autre spécialiste de Milarepa, a publié un article dans l’excellente Revue d'Etudes Tibétaines n° 23 d’avril 2012, Between History and Biography: Notes on Zhi byed ri pa'sIlluminating Lamp of Sun and Moon Beams, a Fourteenth-Century BiographicalState of the Field    (397 kb, pp. 5-41). On y trouve  quelques passages, traduits en anglais, de la hagiographie de Milarepa rédigé par G.yung ston Zhi byed ri (khrod) pa (né en 1320). Cet auteur tibétain dit avoir vu 127 versions différentes de la vie de Milarepa… Son hagiographie est comme une enquête journalistique : il compare les versions, récoupe des informations, évalue, trie etc. et produit ainsi un genre d'état de lieu des hagiographies de Milarepa à son époque, soit un siècle avant Tsangnyeun. Il est proche des écoles Sakya et Kagyu, et en particulier de la Transmission orale (T. snyan bgryud), donc plutôt" tendance Rechungpa". Il puise principalement dans deux sources, Khyung tshang pa Jñānaguru (Khyung tshang pa Ye shes bla ma 1115-1176), un disciple direct de Rechungpa, et Zhang Lotsāwa (zhang lo tsā ba grub pa dpal, avant 1179-1237)[2], probablement un disciple de ce dernier.

La version tibétaine numérisée de la hagiographie de Milarepa peut être téléchargée sur le site Dharmadownload. Vous y trouverez aussi des versions pour diverses tablettes tactiles et liseuses.

***
Illustration : la lignée Droukpa (stod 'brug) et Gueutsangpa



[1] La vie de Milarepa (Mi la ras pa’i rnam thar), extraite de la collection Dkar brgyudgser ‘phreng
[2] On theVicissitudes of Subhūticandra’s Kāmadhenu Commentary, Leonard W. J. van der Kuijp, Harvard University.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...