lundi 3 mai 2010

Tendances contemporaines en matière du Karma



L'indiologiste Wilhelm Halbfass (1940-2000) avait détecté des nouvelles tendances dans la compréhension du Karma dans l'hindouisme contemporain. Il les a résumé dans son article "Indian Conceptions of Karma and Rebirth" [2].

1. Le Karma est, plus ou moins dissocié des implications mythologiques traditionnelles du saṃsāra, y compris les cieux, les enfers et autres royaumes d'existence transempiriques ; la renaissance elle-même est considérée comme un additif moins essentiel du Karma.

2. Le Karma est présenté comme une notion fondamentalement scientifique, une "loi et principe" complète ainsi qu'un principe d'explication qui annule et remplace toute causalité purement physique et toute régularité.

3. Il y a un intérêt plus grand pour des preuves empiriques, des études de cas, et pour la collecte et l'analyse de revendications personnelles de cas de renaissance ; les recherches qui vont dans ce sens sont étrangères au traitement traditionnel des notions du Karma et de la renaissance.

4. La doctrine est associée avec les concepts occidentaux contemporains d'évolution et de progrès ; l'univers du Karma et de la renaissance est moins un royaume du saṃsāra où l'on erre sans but et qui appelle à la transcendance et la libération ultime (moka) qu'une sphère d'autoperfectionnement et de développement spirituels potentiels.

5. En réaction au réalisme européen, toutes les implications fatalistiques du Karma sont rejetées avec force et passion, tout en mettant l'accent sur sa compatibilité avec l'action, les initiatives et la responsabilité sociale.

6. Les notions de "Karma collectif", "Karma de groupe" ou même "Karma national", qui n'existaient pas dans la théorie traditionnelle du Karma, mais qui semblent aller de soi dans la théosophie, émergent dans la pensée et le discours néo-hindou, bien que leur utilisation soit plutôt insaisissable et dans certains cas, purement rhétorique.

On trouve ses tendances aussi dans le bouddhisme contemporain. Des lamas tibétains contemporains, comme par exemple Ringu Tulku, parlent de Karma collectif.[1] Pour le Théravadin contemporain Padmasiri De Silva le karma est principalement une théorie de développement psychologique et caractérologique tandis que toutes les implications de justice morale et de rétribution sont atténuées.

[1] Et si vous m'expliquiez le bouddhisme ? p. 74

[2] Routledge Encyclopedia of Philosophy (London: Routledge, 1998), Volume 1, p. 216

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...