mercredi 30 mars 2011

"Laisse tomber", chant de Patrul Rinpoché





[22][1] Sur un lotus en pleine vigueur, la corolle ouverte aux étamines écartées
Surmonté d'un disque de pleine lune rayonnant de lumière blanche
Vous êtes assis, immuable tout en déployant le jeu des symboles de la félicité vide,
Glorieux guru Vajrasattva, prêtez-moi votre attention.


Écoutes-moi petit Śrī[2] avec ton mauvais karma et ton agitation permanente
Souviens-toi comment tu t'es toujours laissé berner par la réalité superficielle
Il faut être vigilant face à elle
Ne dépense plus d'énergie à cette existence humaine qui est vaine et trompeuse, consacre-la à ton esprit !
[23] Laisse donc tomber cette agitation mentale futile !

Avec tes centaines de projets - pour lesquels tu n'auras pas le temps - tu accables ton esprit
Cette distraction, qui n'arrive pas au bout des projets, se propage comme des cercles à la surface de l'eau
Ne te racontes pas d'histoires, tiens-toi coi
Tu as écouté de centaines d'enseignements sans en avoir retenu un seul, à quoi te sert donc l'écoute ?
Et même si tu les a retenus, tu n'y pense pas au moment où tu en as vraiment besoin, à quoi te sert donc la réflexion ?
Et si elle n'affecte pas tes passions, laisse donc tomber la méditation !

Malgré tous les mantras récités et comptés, tu n'es toujours pas familier avec la phase de création [de la divinité]
Et quand bien même la divinité apparaîtrait clairement, ta notion de sujet et objet resterait inébranlée
Tu as beau dompter des simulacres de démons, tu n'as pas dompté ton propre esprit
Laisse donc tomber ton programme de pratique bien structuré !

Si ça marche bien, ce n'est pas un semblant de clarté qui te détendra
Si ça ne marche pas bien, ce n'est pas un semblant de stabilité qui te révélera la source consciente[3]
Même avec un aperçu direct, tes points de référence restent fermement enracinés
Laisse donc tomber le regard yoguique (T. lta stangs) qui te sert d'ancrage à la maîtrise du mental[4] (T. sems 'dzin).

Même si tes explications et expériences [subséquentes] ont un air plaisant, elles n'ont pas d'impact sur ton propre esprit
[24] Ta logique implacable n'en est pas moins de la bouillie faite avec la réalité superficielle
Tes instructions ont beau être super profondes, tu n'en as pas fait l'expérience
Laisse donc tomber tes métaphores qui engendrent de la distraction et du strabisme intellectuel !

Le claquement de ton petit tambourin (S. damaru) ne sert qu'à ta propre gratification auditive
T'as beau réciter "emportez ma chair, emportez mon sang" ton amour propre reste entière
Le son des petites cymbales rituelles (tingshak) ne compensera pas ton manque de visualisation
Laisse donc tomber ce spectacle (T. or[5] zob) qui n'est qu'un simulacre qui en jette plein les yeux

Maintenant tu les enseignes, mais tu ne prendras pas soin d'eux à l'avenir (T. nam phungs)
Aujourd'hui ils ont peut-être une compréhension approximative, mais graduellement elle s'effacera
Quelques-uns ont sans doute bien étudié, mais cela n'a pas pénétré leur esprit
Laisse donc tomber tes disciples qui ont l'air si important

Ceux qui ont l'air important cette année n'existeront plus pour toi l'année prochaine
Et ceux qui ont l'air insignifiant paraîtront de la plus haute importance
Ceux que tu as protégés avec amour, s'éloigneront par la suite
Laisse donc tomber les amis de passage au visage radieux et souriant

D'abord toute sourire et gentille, tu ne savais pas encore que ce n'était pas sincère
[25] Un moment de bonheur suivi de neuf mois de soucis
Pendant un mois tu arrives à rester en harmonie, mais les moments d'harmonie deviennent plus difficiles
Laisse donc tomber tes compagnes critiquées par les autres et dont on a fini par avoir honte soi-même

Les discussions ne finissant jamais sont de la bouillie d'attraction et d'aversion
A coups de "Merveilleux, merveilleux, excellent, excellent !" tu tailles des costumes aux autres
Même des sujets de discussion plaisants te servent à produire des ricanements
Laisse donc tomber les bavardages futiles qui t'assèchent la gorge !

Sans en avoir fait l'expérience, tu enseignes sans comprendre[6]
Ceux qui t'écoutent avec dévotion prennent pour authentique ce qui n'est pas vrai
Puis quand tu agis contrairement au Dharma ils finissent par avoir honte de toi
Laisse donc tomber l'enseignement d'un dharma qui ne tient le coup que quand il sort de ta bouche !

Quand [des livres] manquent ils te les faut et quand ils sont là plus besoin d'eux
Même quand ils n'ont que peu de pages, il est difficile de toutes les copier
Même en recopiant tous les textes sur la terre ils ne te donneront pas satisfaction
Laisse donc tomber les dharma recopiés dans l'inconfort et sans recevoir de salaire !

Aujourd'hui ils t'aiment, demain ils te médiront
[26] Les gens avec leurs faces blanches ou noires selon les jours ne seront jamais contents
Même s'ils t'aiment, quand tu as besoin d'eux ils ne sont plus là, c'est désolant
Laisse donc tomber les conventions sociales qui requièrent sourires et louanges !

Laisse les cérémonies religieuses et séculières aux grands
N'espère pas avoir des amis de ce genre petit père
Prends exemple sur un vieux bœuf à la retraite qui ne pense qu'à dormir
Il ne peut s'empêcher de ne rien faire à part manger, dormir, déféquer et pisser

Toute autre préoccupation ne te regardes plus
Couche-toi en silence en t'occupant de ta propre autodétermination[7]
Quand le triple univers va mal, adopte un profil bas
Quand le royaume va bien, ne prends pas des airs hautains

N'aie pas beaucoup d'amis qui ne soient pas comme toi
Quand tu n'as pas beaucoup de devoirs religieux et séculiers, ne dis pas qu'il t'en faut
Laisser tout tomber, tel est le sens des sūtra

Ces instructions qui s'accordent avec "La détermination de la nature de mon esprit" du yogi Dri med blo gros (alias Patrul Rinpoché), sont destinées au petit père Śrī (alias Patrul Rinpoché), très proche de mon coeur, qui doit les mettre en pratique. Même s'il n'y a rien à pratiquer, laisser tomber toutes les préoccupations c'est le sens des sūtra. Si le dharma ne se réalise pas, que l'on ne se fâche pas a-t-il été dit.

***

[1] Edition tibétaine publiée par le Tibetan Freedom Press à Darjeeling en 1977. Titre : thog mtha' bar gsum du dge ba'i gtam nyams len dam pa'i snying nor zhes bya ba bzhugs so. La numérotation correspond à cette édition.
[2] La prémière partie du nom Patrul est "dpal", ce qui en sanscrit donne "Śrī".
[3] dwangs cha, la part manifeste de la conscience pure
[4] Une série de 21 pratiques dans le cadre du Dzogchen
[5] or = dbor
[6] L'expression tibétaine dit littéralément "dancer sur les livres"
[7] droit de disposer de soi-même

Texte tibétain en wylie

[22] 'dab rgyas ze'u 'bru rgyas pa'i ge sar gyi lang tsho//
nya gang zla bas non pa'i 'od dkar gyi gdan la//
bde stong phyag rgya'i rnam rol g.yo med du bzhugs pa'i//
lha gcig bla ma rdo rje sems dpa'i de mkhyen no//

las nga a bu shrI rnam g.yengs can khyod nyon dang*//
sngar 'khrul 'khrul pas bslus bslus i dran i ga//
da 'khrul 'khrul pa 'di la bag gzon dgos so//
stong zob mi tshe ma bskyal rang sems bskor dang*//
[23] dgos med bya blo mang po da ni skyur thong*//

bsam rgya 'grub dus med pa'i rang sems sdug khur//
byas byas zin pa med pa'i rnam g.yengs chu ris//
rang mgo rang gis ma bskor kha rog 'dug dang*//
brgya thos gcig kyang ma zin thos pas ci phan//
thos kyang dgos dus mi dran bsam pas ci phan//
nyon mongs gnyen por ma song sgom pa skyur thong*//

bzlas grangs bsnyen tshad song yang bskyed rim ma goms//
a thas lha sku gsal yang gnyis 'dzin ma zhig/
star snang 'dre gdon 'dul yang rang rgyud ma dul//
bsnyen sgrub khrigs chags legs pa'i thun bzhi skyur thong*//

mtho na gsal gsal 'dra yang lhod cha ma skyes//
dma' na gnas gnas 'dra yang dwangs cha ma thon//
phur tshugs reg cha 'dra yang gtad so mdung tshugs//
sems 'dzin rtod phur brtan pa'i sta stangs skyur thong*//

bshad nyams snyan snyan 'dra yang sems la mi phan//
[24] rig lam rno rno 'dra yang 'khrul pa'i ru ma//
gdams ngag zab zab 'dra yang nyams su mi len//
sems g.yengs mig nad skyed pa'i dpe ltas skyur thong*//

rnga chung ting ting brdung kyang nyan yul mdzes chos//
sha khyer khrag khyer zer yang gces 'dzin ma zhig/
ting shag sil sil brdung yang dmigs gtad mi 'dug/
mdzes mdzes ltar snang lags pa'i or zob skyur thong*//

da lta slob slob 'dra yang nam phugs mi skyong//
de ring shes shes 'dra yang ga ler rdzes med//
brgya la lob nas song yang sems la mi skor//
do gal che mdog kha po'i slob ma skyur thong*//

de lo gces gces 'dra yang sang phod de med//
nyam chung byed mdog kha yang mtho snang che 'ong*//
phar la brtse bas bskyabs na phar phar ring ba'i//
a gsar kha 'dzum ngo dga'i snying grogs skyur thong*//

'dzum lam dga' dga' 'dra yang mi bden mi shes//
[25] skor cig bde snang 'char yang zla dgu'i sems nad//
zla gcig stabs ka bsgrigs kyang 'grig dus dka' bas//
mis 'phya rang sems khrel bas sgrogs mo skyur thong*//

bshad bshad zin dus med pa'i chags sdang ru ma//
mtshar mtshar yag yag 'dra yang gzhan skyon rjes zlos//
bshad yul nyan nyan 'dra yang zhe khrel lod 'ong*//
don med kha skom skye ba'i skad cha skyur thong*//

rang la nyams myong med pa'i dpe thog bro brdung*//
nyan mkhan mos mos 'dra yang mi bden ngo ma//
chos 'gal rang gis byas na ga ler ngo tsha//
kha bshad legs legs 'dra ba'i chos bshad skyur thong*//

med dus mkho snang 'char te yod na mi kho//
ldeb grangs nyang/nyung snang 'char yang bri dus zad dka'//
sa steng dpe cha dris kyang chog shas mi skye//
bde med bris gla med pa'i dpe chos skyur thong*//

de ring dga' dga' 'dra yang sang nyin khros yod//
[26] mi ngo dkar nag 'tshes 'tshes dga' dus mi 'ong*//
dga' yang dgos dus mi phan i chad snon pa//
ngo dga' ngo bstod dgos pa'i ngo 'dzin skyur thong*//

chos dang 'jig rten bya ba bzhag pho rab phyag len//
de 'dra'i shag po ma re a bu bu la//
glang rgan slas na nyal ba'i 'dun phug e gzigs//
za nyal bshang gci 'dor 'di mi byed kha med//

bya byed de las mang na khyod kyi yul min//
rang chod bya ba gyis la kha rog nyol sdod//
stong gsum man na khyod dman sa zin dgos//
rgyal khams gong na yod kyi mtho snang ma che//

rang 'drar gcig kyang med kyi shag po ma mang*//
lugs gnyis bya ba med kyang yod dgos ma zer//
thams cad thams cad skyur na mdo don de yin//

zhes rnal 'byor dri med blo gros kyis rang gi rgyud tshod dang bstun pa'i zhal gdams a bu shrI snying dang 'dra ba la gdams pa nyams su len dgos/ nyams su len rgyu cang med kyang bya ba thams cad skyur na mdo don de yin/ / chos ma 'grub kyang ma khro zhes gsungs so//

2 commentaires:

  1. Merci beaucoup pour cette traduction,
    c'est étonnant comme ces mots peuvent nous sembler proches...
    Au plaisir de vous lire

    RépondreSupprimer
  2. merci pour ce texte si précieux! ... je partage!

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...