vendredi 9 décembre 2016

Naturellement lumineux



Le Ratnagotravibhāga (tib. rgyud bla ma, RVG) doit beaucoup au Discours mahāyāna de l’ornement lumineux de la gnose (sct. sarvabuddha­viṣayāvatāra­jñānālokālaṃkāra, JAA tib. ‘phags pa sangs rgyas thams cad kyi yul la ’jug pa’i ye shes snang ba’i rgyan zhes bya ba theg pa chen po’i mdo). Ce sūtra est cité dans deux traités de Maitrīpa/Advayavajra, à savoir l’Amanasikārādhāra et le Caturmudrānvaya[1]. On y trouve un verset de louange au Bouddha, qui contient en germe les deux termes emblématiques de Maitrīpa, le non-jugement (sct. amanasikāra tib. yid la mi byed pa ou ici : yid mdzad mi mnga') et la non-remémoration (sct. asmṛty tib. dran med ici : mi dgongs pa)[2], ainsi que les termes non-représentation (sct. avikalpa) et non-investissement (sct. apratiṣṭhita), qui sont également essentiels au système du Sceau universel de Maitrīpa/Advayavajra, repris par Gampopa.
« Vous qui ne recouvrez pas l’authentique de représentations (sct. avikalpita),
Dont la Pensée ne s’investit [en aucune extrémité] (sct. apratiṣṭhita)
Qui êtes libre de jugement (sct. amanasikāra) et de remémoration (sct. asmṛty),
Et qui êtes libre de tout point de référence (sct. nirālamba) :
Hommage à vous
! »[3]
Ce Discours est encore important en ce qu’il met l’accent sur l’inengendré (sct. ajātaṃ tib. ma skyes pa), autre terme important dans le système de Maitrīpa, qui garantit la pureté (sct. pariśuddhi) de la pensée[4].
« L’intellect qui comprend que le monde est inengendré
A été montré comme étant authentique par l’Éveillé
Tous les êtres en possédant la nature
Les sages [réaliseront] sans effort
Que l’essence des représentations
Est la coproduction conditionnée
Qui ne se cultive pas
. »[5]
L’idée principale du Jñānālokālaṃkāra est l’action sans effort de l’Éveillé dans le monde à travers neuf analogies. Le commentaire du Ratnagotravibhāga, attribué à Asaṅga[6], cite le Jñānālokālaṃkāra et en résume la thèse ainsi :
« La thèse est que tout effort a été apaisé
La base logique étant la gnose libre de représentations
»[7]
L’absence d’effort est décrite par la non-représentation, le non-investissement, le non-jugement, la non-remémoration et l’absence de tout point de référence. A partir de ce non-effort, l’activité de l’Éveillé est inconcevable et le résultat d’un ensemble de facteurs. La gnose (sct. jñana) est l’intelligence manifeste, active dans le monde. En étant manifeste, elle éclaire le monde, et se rend visible à tous, selon leurs dispositions. Sans aucune intentionnalité, comme la lumière du soleil qui éclaire tous de façon égale.

Les thèses du Jñānālokālaṃkāra semblent s’accorder parfaitement avec les thèses de Maitrīpa/Advayavajra, et également avec le Guide du Naturel (Sct. Sahajasiddhi-padhhatide Lakṣmīṅkārā (à paraître chez les éditions Yogi Ling). Dans ce dernier il est fait souvent mention de « l’entrée dans l’objet de tous les éveillés » (sct. sarvabuddha­viṣayāvatāra tib. sangs rgyas thams cad kyi yul la ’jug pa), locution que l’on trouve dans le titre complet du Jñānālokālaṃkāra. Cette entrée (sct. avatāra) est l’objet même de la transmission, dont il est question dans le commentaire de Lakṣmīṅkārā.



Extrait du Discours mahāyāna de l’ornement lumineux de la gnose
(Ārya-sarvabuddhaviṣayāvatāra-jñānālokālaṃkāra-nāma-mahāyāna-sūtra)


« Mañjuśrī, la pensée est naturellement lumineuse, car les passions subsidiaires (sct. upakleśa) sont épuisées par les passions subsidiaires éphémères, et les passions primaires (sct. saṃkleśa) n’existent pas par nature.

Ce qui est naturellement lumineux (sct. prakṛti prabhāsvara) est libre de passion primaire (sct. saṃkliśta). Ce qui est dépassionné n’a pas [besoin] de remède pour éliminer la passion par un antidote.

Pourquoi Mañjuśrī ? parce que ce qui est [déjà] pur n’a pas besoin d’être purifié. Ce qui est pur n’a pas été engendré (sct. anutpāda). Le corps est vide d’un moi et d’un mien. Comme telle est sa nature, il est “dépassionné” (sct. śānta). Quand on comprend parfaitement (sct. parijñā) que le corps est “vide”, on ne court pas derrière les choses tangibles (tib. reg bya rnams). C’est pour cela que [le corps] est appelé “totalement dépassionné”.

La pensée, Mañjuśrī, est vide d’un moi et d’un mien. Comme telle est sa nature, elle est appelée “dépassionnée”. Quand on comprend parfaitement (sct. parijñā) que le mental (sct. manas) est “vide”, on ne court pas derrière les choses (sct. dharma). C’est pour cela qu’il est appelé “totalement dépassionné”.

L’éveil, Mañjuśrī, est la luminosité naturelle, du fait de la nature lumineuse de la pensée. Pourquoi l’appelle-t-on « lumineux » ? Parce que ce qui est sa nature est sans passion primaire (sct. saṃkliśta), semblable au ciel [dégagé]. Il a la nature du ciel. Il se maire (tib.’du ba) parfaitement avec le ciel, et il est comparable au ciel. Parce qu’il est naturellement très lumineux.

L’éveil, Mañjuśrī, est sans choses à adopter ou à abandonner. Comment est-il sans choses à adopter ou à abandonner ? Sans choses à adopter veut dire qu’il est sans appréhender des choses (sct. dharma). Sans choses à abandonner veut dire qu’aucune chose (sct. dharma) n’est à abandonner.

De même, Mañjuśrī, Celui-qui-est-ainsi (sct. tathāgata) et qui est sans choses à adopter ou à abandonner, a traversé le courant, de façon à ce qu’il ne voit ni un rive-ci ni son rive opposé dans ce qui est ainsi (sct. tathatā), en voyant de façon authentique. C’est parce que Celui-qui-est-ainsi (sct. tathāgata) est parfaitement et clairement lucide sur les choses libres d’un rive et de son rive opposé, qu’il est appelé Celui-qui-est-ainsi. »


***

[1] Mathes 2008 1: 1

[2] JĀA § 37 (71.1-2) avikalpitasaṃkalpa apratiṣṭhitamānasa | asmṛty amanasikāra nirālamba namo ’stu te// Cité par Heidrun Jäger dans sa thèse (2013), p. 84 „Der Du ohne vorgestellte [unterscheidende] Gedanken bist, dessen Denkvermögen [auf] nicht[s] gestützt ist, der Du ohne Erinnerung, ohne geistiges Verinnerlichen (amanasikāra) [und] ohne Anhaltspunkt bist, Verehrung sei Dir!“

[3] yang dag rtog pa rnam ma brtags// thugs yid rab tu mi gnas shing // yid mdzad mi mnga' mi dgongs pa// mi rten khyod la phyag 'tshal lo//

[4] Heidrun Jäger (2013), p. 85 “Dieses Verständnis veranschaulicht der Vers 34 in Maitrīpas Werk Sekanirdeśa (tib. dbang bskur ba nges par bstan pa): „Who understands that the world is unborn Through the realization that the mind is just pure, For such a wise person, [this is realized] without effort: [In its] original state the world is true.“ 329 Traduction de l’article de Klaus-Dieter Mathes (à punlier) “bKa’ brgyud Mahāmudrā: ,Chinese rDzogs chen‘ or the Teachings of the Siddhas?“ A publier dans le cadre du symposium „Between Empire and phyi dar: the fragmentation and reconstruction of society and religion in post-imperial Tibet,“ March 1-4, 2011, Lumbini, Nepal, oragnisé par the Oriental Institute, Oxford, et l’institut Lumbini International Research Institute.

[5] ma skyes 'gro bar gang yin blo/ /dag par sangs rgyas kyis nges bstan/ /'gro kun de yi rang bzhin ldan/ /blo dang ldan pas 'bad med par/ /rnam rtog de nyid rten cing 'byung*/ /'brel ba bsgom pa ma yin no/ Version du site Dharmadownload
Version sanscrit : yenājātaṃ jagadbuddhaṃ buddhiḥ śuddhaiva bodhataḥ | nijaṃ tasya jagat satyamanābhogena dhīmataḥ | avibhāvitasambandho vikalpo'sau pratītyajaḥ |tadeṣa eva nirvvāṇe no kṛthāḥ cittavibhramam || DSBC http://www.dsbcproject.org/node/8505

[6] Vyākhyā 1.5

[7] “The thesis is that all effort has been pacified; The logical ground is that wisdom is free from concepts;

Texte tibétain Wylie

de ci'i phyir zhe na/ 'jam dpal sems ni rang bzhin gyis 'od gsal ba'i phyir te/ de ni glo bur gyi nye ba'i nyon mongs pa thams cad kyis nye bar nyon mongs par zad kyi/ rang bzhin gyis kun nas nyon mongs pa nyid ma yin no//

rang bzhin gyis 'od gsal ba nyid gang yin pa de ni kun nas nyon mongs pa med pa nyid yin no// kun nas nyon mongs pa med pa gang yin pa de la ni gnyen po gang gis nyon mongs pa spong bar 'gyur ba'i gnyen po med do//

de ci'i phyir zhe na/ 'jam dpal de ni dag pa nyid yin pas dag pa ni dag par mi 'gyur ba'i phyir te/ dag pa gang yin pa de ni skye ba med pa'o// lus ni bdag dang bdag gis stong ste/ de'i rang bzhin de yin pa'i phyir de ni zhi ba zhes bya'o//

des lus stong pa zhes bya bar yongs su shes nas/ reg bya rnams la mi rgyug ste/ de'i phyir nye bar zhi ba zhes bya'o//

'jam dpal yid ni bdag dang bdag gis stong ste/ de'i rang bzhin de yin pa'i phyir de ni zhi ba zhes bya'o//

des yid stong pa zhes bya bar yongs su shes nas/ chos rnams la mi rgyug ste/ de'i phyir nye bar zhi ba zhes bya'o// 'jam dpal byang chub ni sems kyi rang bzhin 'od gsal ba nyid kyis rang bzhin 'od gsal ba yin te/ ci'i phyir 'od gsal ba zhes bya zhe na/ rang bzhin gang yin pa de ni kun nas nyon mongs pa med pa/ nam mkha' dang mnyam pa/ nam mkha'i rang bzhin can/ nam mkhar yang dag par 'du ba/ nam mkha' lta bu ste/ Rang bzhin gyis shin tu 'od gsal ba yin pa'i phyir ro//

'jam dpal byang chub ni blang ba med pa nyid dang / dor ba med pa nyid yin te/ de la blang ba med pa nyid ni gang / dor ba med pa nyid ni gang zhe na/ blang ba med pa nyid ces bya ba ni chos thams cad gzung du med pa nyid yin no// dor ba med pa nyid ces bya ba ni chos thams cad spang du med pa nyid yin no//

'jam dpal de la de bzhin gshegs pa ni blang ba med pa nyid dang / dor ba med pa nyid kyis chu bo las rgal bar gyur te/ ji ltar de bzhin nyid kyi tshu rol yang yang dag par rjes su mi mthong / pha rol yang yang dag par rjes su mi mthong ba de ltar chu bo las rgal to// de ltar de bzhin gshegs pas tshu rol dang pha rol dang bral ba'i chos thams cad mngon par rdzogs par byang chub ste/ de'i phyir de bzhin gshegs pa zhes bya'o//

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...