jeudi 27 août 2015

Héraclès et Vajrapaṇi, compagnons du Bouddha dans l'empire kouchan


Petit brainstorming rapide (les références manquent souvent malheureusement) sur le lien entre "Héraclès" et Vajrapaṇi, qui semble dater de l'empire kouchan.
"L’Empire kouchan (env. ier – iiie siècles, francisation de la forme sanskritisée Kushana, IAST Kuṣāṇa) fut un État qui, à son apogée, vers 105–250, s’étendait du Tadjikistan à la mer Caspienne et à l’Afghanistan et, vers le sud, à la vallée du Gange. L’empire a été créé par les Kouchan, une tribu des Yuezhi, un peuple de l’actuel Xinjiang en Chine, possiblement apparenté aux Tokhariens. Ils ont eu des contacts diplomatiques avec Rome, l’Empire perse des Sassanides et la Chine et, pendant plusieurs siècles, furent au centre des échanges entre Orient et Occident." (wikipédia)
"Kadphisès Ier ou Kujula Kadphisès (丘就却 K’iu-tsiu-k’io) est un souverain Kouchan d'environ 30 à 80. Il unifie la confédération Yuezhi, dont Kouchan n'étaient auparavant qu'une des cinq principautés et joue un rôle décisif dans la formation de l'Empire kouchan, en conquérant plusieurs territoires. Il est le grand-père de Kanishka Ier." (wikipédia)
Kujula fit frapper une importante série de monnaies, dont un exemple ci-dessous. A l'avers, le portrait du roi, au revers une représentation d'Héraclès.



"Tetradrachm of Kujula Kadphises (30-80 CE) in the style of Hermaeus.
Obv: Hermaios-style diademed bust. Corrupted Greek legend: ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΣΤΗΡΟΣΣΥ ΕΡΜΑΙΟΥ ("Basileos Stirossu Ermaiou"): "King Hermaeus, the Saviour".
Rev: Herakles standing with club and lion skin. Kharoṣṭhī legend: KUJULA KASASA KUSHANA YAVUGASA DHARMATHIDASA "Kujula Kadphises ruler of the Kushans, steadfast in the Law ("Dharma"). British Museum
." (légende reprise d'ici)

Le roi s'identifie peut-être à Héraclès ou veut s'associer à son influence. Il aurait été le grand-père de Kanishka 1er. Kanishka fit frapper des monnaies, où le roi est représenté sur l'avers et "Bodo", le Bouddha, au revers.



" Ce règne (iie siècle) favorisa l’expansion du bouddhisme et l'essor de l'art gréco-bouddhique du Gandhara, où le Bouddha, autrefois représenté sous forme symbolique (roue, empreinte des pieds), prit ponctuellement la forme de Zeus."

" L'art gréco-bouddhique, ou indo-grec selon certains auteurs, était né sous un autre grand protecteur du bouddhisme, Ménandre Ier[1] du royaume indo-grec." (wikipédia).

C'est dans l'art gréco-bouddhique justement, à Gandhara, pendant la période kouchane (env. ier – iiie siècles) que l'on voit des représentations des scènes de la vie du Bouddha, où celui-ci est côtoyé de Vajrapaṇi, sous les traits de "Héraclès", pour identifier ce héros solaire universel sous son nom grec. Si le roi Kujula Kadphisès et ses descendants aiment s'identifier/s'associer avec "Héraclès", en tant que défenseur de la Loi/Dharma (dharmathidasa), ou dharmarāja, la figure de Héraclès/Vajrapaṇi que l'on voit côtoyer le Bouddha, représente peut-être aussi le dharmarāja favorisant l'expansion du bouddhisme.


J'ai utilisé plusieurs fois une représentation du Bouddha subjuguant un serpent noir, où celui-ci est côtoyé de Héraclès/Vajrapaṇi, une massue dans la main droite que semble saisir le Bouddha, puis la main gauche posée sur la pomme d'une épée.



Cet été, je voyais dans le Victoria and Albert Museum à Londres, une représentation très similaire, mais où Héraclès/Vajrapaṇi serait méconnaissable, sans la scène de la subjugation du serpent noir. Je l'ai prise en photo en pensant la retrouver par la suite, mais ce ne fut pas le cas. Ci-dessus donc ma photo de qualité médiocre. Le visage d'Héraclès est abimé et la massue est moins nette, mais cela est bien lui. Ci-dessous cependant un autre relief représentant la même scène.



Pour finir quelques autres représentations d'Héraclès/Vajrapaṇi.










L'association de pouvoir spirituel et séculier ?

Meanwhile in Rome...

L'empereur Commode (180-193) se fait représenter comme Héraclès

Monnaie de Commode : avers, représenté en Héraclès, revers, attributs d'Héraclès



***


[1] "Ménandre Ier, en sanskrit Milinda, est le plus remarquable des rois indo-grecs qui succèdent en Afghanistan, au Pakistan et en Inde du nord à la dynastie gréco-bactrienne.
Il règne d'environ 160 à 135 av. J.-C., établit sa capitale à Sagala (actuelle Sialkot, au Pakistan) et se convertit probablement au bouddhisme. Le récit de ses entretiens avec le moine Nagasena, le Milindapañha, est un des livres canoniques du bouddhisme.
Le règne de Ménandre donne une première impulsion à l’art gréco-bouddhique, lequel connait son apogée sous la dynastie kouchane qui succède aux rois indo-grecs et dont le représentant le plus remarquable est Kanishka Ier." (wikipédia)

4 commentaires:

  1. bonjour, j'ai remarqué que Vajrapani dans l'art du Gandhara est souvent derrière le Bouddha et qu'il a la tête tourné de telle manière qu'il semble "protéger les arrières" de ce dernier. Que pensez vous de cette position de la tête visible sur :
    https://fr.pinterest.com/pin/389772542731827208/

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre lien.
    Quelques éléments de réponse ici peut-être http://hridayartha.blogspot.fr/2013/09/un-passage-de-relais-entre-heros.html

    RépondreSupprimer
  3. Nouveau blog avec d'autres éléments de réponse
    http://hridayartha.blogspot.fr/2016/06/atlas-rencontre-le-bouddha.html

    RépondreSupprimer
  4. Vous aimez le Gandhara, venez me retrouver sur
    https://fr.pinterest.com/christopheamory/

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...