jeudi 30 juin 2016

Dampa sur le sens essentiel



On demanda à [Dampa] si l’intégration [du désir] sur le chemin des anges (tib. pho nya’i lam sct. dūtīmārga[2]) était un chemin plus court. Le précieux Dampa répondit :

Le fil du rasoir sert à couper rapidement, mais les enfants des singes (les Tibétains), étant incapables de tels remèdes, finissent par se disputer avec leurs mudrā tibétaines.
Quand un pratiquant va avec une femme, ne trouvant pas de satisfaction, elle finira dans la pratique en ménagère (tib. khyim thab ma). Les Tibétains aux nez plats attachent des rênes à la divinité et n’aiment pas le rituel du nom (tib. ming gi cho ga) des quatre initiations[3].
L’homme qui élimine l’erreur par la nature des choses (sct. dharmatā) et qui est libre du jeu intellectuel des dyades (tib. blo mtha’) n’a pas besoin des quatre initiations.
L’homme qui sait que le Maître est l’Éveillé et que les manifestations naturelles (tib. rang snang) sont authentiques n’a pas besoin de transformation divine (tib. lha bsgom).
L’homme pour qui les apparences sont comme un livre et dont la réalisation est stimulée par les consciences psychosensorielles n’a pas besoin d’utiliser une mudrā.
L’homme qui suit le chemin des apparences de l’intelligence et dont les apparences dualistes se libèrent d’elles-mêmes n’a pas besoin de pratiquer physiquement et verbalement.

***
Texte tibétain (wylie)

Pho nya lam du khyer ba[1] ‘di bgrod thag nye ba lags sam zhus pas/ dam par in po che’i zhal nas/

Spu gri’i so ‘dis chod skyen pa yin te/ spre’u yi phru gus gnyen po bsten mi nus pas/ bod kyi phyag rgya mas gyod la gtugs/ sgrub pa po bud med dang ‘phrad pa la ‘tshengs pa med kyis/ nyams len khyim thab ma byed/ bod sna leb pas lha la mthur mda’mthogs pas/ dbang bzhi bskur ba’i ming gi cho ga la ma dga’/ ‘khrul pa chos nyid du sangs nas/ blo mtha’ grol ba’i mi la dbang bzhi mi dgos par gda’/ bla ma la sangs rgyas su shes nas rang snang dag pa’i mi la/ lha bsgom mi dgos te mchi/ snang ba dpe char shar nas/ tshogs drug gis rtogs pa’i rkyen bskul byed pa’i mi la phyag rgya ma bsten mi dgos par gda’/ rig pa snang lam ‘byongs nas/ gnyis snang gi shes pa rang sar grol ba’i mi la/ lus ngag gi dge sbyor mi dgos par gda’ gsungs/ ‘khrul pa chos nyid du sangs nas/ blo mtha’ grol ba’i mi la dbang bzhi mi dgos par gda’/ bla ma la sangs rgyas su shes nas rang snang dag pa’i mi la/ lha bsgom mi dgos te mchi/ snang ba dpe char shar nas/ tshogs drug gis rtogs pa’i rkyen bskul byed pa’i mi la phyag rgya ma bsten mi dgos par gda’/ rig pa snang lam ‘byongs nas/ gnyis snang gi shes pa rang sar grol ba’i mi la/ lus ngag gi dge sbyor mi dgos par gda’ gsungs/ 

Extrait du phyag rgya chen po brda'i skor gsum (réf. TBRC W23993)


[1] Voir : ‘Dod chags lam du ‘khyer ba pho nya’i lam mchog rdo rje sems dpa’i snying tig (A p. 229-236, B p. 233-245[ incomplet]). Ce texte sur la pratique d’intégration du désir-attachement (‘dod chags) appartient aux appendices permettant de progresser dans la pratique de la
Claire-Lumière. Son titre ornemental (donné p. 230) est Le Filet Lumineux du Délice-Vacuité (bDe stong ‘od kyi dra ba). Sa pratique s’appuie sur un yoga accompli avec un sceau d’action (las kyi phyag rgya) et se compose de deux parties principales. La première concerne les préliminaires (sngon ‘gro, p. 230-231) avec notamment l’examen des caractéristiques du sceau d’action (p. 230), la manière de l’attirer à soi (‘gug pa, p. 230-231) et celle de tourner son esprit vers le Dharma (p. 231). Les diverses phases de la pratique principale sont ensuite décrites en détail (p. 231-235) et sont basées sur le système des Quatre Joies (dga’ bzhi) : la Joie (dga’ ba), la Joie Précellente (mchog dga’), la Joie née simultanément (lhan cig skyes pa’i dga’ ba) et l’Absence de Joie (dga’ bral).

[2] Voir le Cakrasaṃvaratantram [Vol.2]

[3] Peut-être le nāmaṣeka (tib. ming gi dbang). Difficile de voir où veut en venir Dampa. Vu le contexte et l'ensemble des propos, il pourrait s'agir d'un intérêt particulier des tibétains pour les aspects plutôt sexuels des initiations des tantras supérieurs (2ème et 3ème initiation), au détriment des autres rituels (voire des tantras inférieurs p.e. kriya tantra)... Autrement dit, ils choisissent ce qui les intéresse, ce qui fait dire à Dampa qu'ils attachent des rênes à la divinité comme à une bête de somme. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...