dimanche 27 août 2017

Khenpo Sodargye et Khenpo Tsultrim Lodrö


Khenpo Jigme Phuntsok entouré de ses disciples pendant ses voyages

Je viens peut-être de découvrir assez récemment deux acteurs importants de l’école nyingmapa jouant un rôle dans le retour du bouddhisme dans le monde sinophone sous la forme bouddhiste tibétaine. Il s’agit de Khenpo Sodargye (KS), né au Kham (Tibet) en 1962 et ordonné moine à l’Institut de Larung Gar en 1985 et disciple de Khenpo Jigme Phuntsok (KJP 1933-2004), reconnu comme la réincarnation de Tertön Sogyal, Lerab Lingpa 1856-1926). Larung gar est le campement tibétain, dont on parle régulièrement dans les médias.

KJP et KTL

Le deuxième est Khenpo Tsultrim Lodrö (KTL), né à Kandze (Draggo, Tibet) en 1962. Il avait rencontré Khenpo Jigme Phuntsok à Larung Gar et fut ordonné à l’âge de 22 ans, soit en 1984. Il venait tout juste de refuser la fonction de Secretaire de Comité de la division de District Trois du Gouvernement de Luhuo County[1].

KTL avant son refus et son ordination (1984)
photo des archives de Walshul SertaTsultrim Öser selon Ling Lhamo (FB)

Disciples de KJP à Larung gar (vidéo Khenpo Sodargye)


Voyage à Wutai en Chine (1987) en compagnie de KJP et KS 

KTL (堪欽慈誠羅珠) était particulièrement doué pour les études, a obtenu le titre de khenpo (Kānbù) et est un spécialiste du Guhyagarbha Tantra avec tous ses commentaires, des Sept trésors de Longchenpa et des quatre cycles de l’Essence séminale du Cœur (snying thig ya bzhi)[2]. Pendant les années 1990 et à la demande de KJP, KTL a commencé d’abord à enseigner dans les grandes villes chinoises, la Malaisie, au Singapour[3], à Hong Kong et ensuite à voyager partout dans le monde,y compris aux Etats-Unis, au Canada et en Australie[4]. Il est aussi connu pour organiser des relâchements d’animaux à grande échelle (plus de 100.000 vies) et est aussi connu sous le nom de « Life-Release Khenpo ».

KTL, Lâcher de poissons
Il a contribué à la promotion de la culture tibétaine, a collaboré à la rédaction de dictionnaires trilingues (tibétain-chinois-anglais). Il a composé des commentaires en tibétain et a écrit des livres en chinois[5]. Il est actuellement le vice-directeur de l’Institut de sciences bouddhistes de Serthar fondé en 1980 par KJT. A juger par les vidéos sur Youtube, il ne parle pas l’anglais, mais s’exprime en tibétain et en chinois. Néanmoins, il a publié des livres en anglais. Trois préfacés par Sogyal Rinpoché (The Right View -2015, Are you ready for happiness ? Don’t let the paper tiger scare you off -2015, et The Handbook for Life’s Journey -2016) et deux préfacés par Dzongsar Khyentsé Rinpoché (DKR) (Don’t let the paper tiger scare you off, et The Handbook for Life’s Journey). La préface de DKR est en fait le texte de son introduction de KTL le 22/01/2015 à Taiwan (« May the force be with him » t=19m18s). Voir ci-dessous.

KTL avait vécu trente ans à Larunggar, de 1984 à 2014 (source : blog). Et de 1991 à 2013, il occupa la position de doyen de l’éducation (Dean of Éducation) à Larung Gar (source). KLT a plusieurs centres aux Etats-Unis (Los Angeles, New York, San Francisco, New Jersey et Seattle), un site web  et un blog.

KS, Lâcher d'oiseaux au cours du 7ème Symposion
En ce qui concerne Khenpo Sodargye (né en 1962), son parcours ressemble à celui de KLT. KS, ordonné en 1985, devint le traducteur principal en chinois de KJP, et le directeur de l’Institut de sciences bouddhistes de Serthar (fondé en 1980). Tout comme KLT, il avait accompagné son maître KJP en 1987 lors de son pèlerinage au Mont Wutai en Chine. De 1990 à 1999, KS accompagna KJP pendant sa tournée dans le monde (Etats-Unis, Canada, France, Allemagne, Pays-Bas, UK, Bhoutan, Inde, Népal, Singapore, Malaisie, Thaïlande et Japon). En 1993, KJP en compagnie de KS visita Lérab Ling de Sogyal Rinpoché. Ses enseignements (initiation de Mañjuśrī) furent traduits en anglais par Ringu Tulkou. 

KJP à Lérab Ling avec Sogyal Lakar, les deux tulkous de Tertön Sogyal, Lerab Lingpa 1856-1926)
En 2006, il commença à utiliser des supports multimédias et l’internet pour diffuser ses enseignements. Il est l’auteur de nombreuses traductions en chinois (plus de 100 livres) et il a quelques publications en anglais à son actif.

KS fut l’invité de prestigieuses universités comme les universités de Beijing et de Tsinghua (2010). Il a donné des séminaires aux universités de Fudan, Nanjing et Renmin (mars 2011). Il fut invité aux universités de Zhejiang, Huazhong Normal University (aka: Central China Normal University), Sun Yat-sen University, l’université chinoise de Hong Kong et Hong Kong Polytechniques University (juin 2011). À partir de novembre 2011, il fut invité en ordre chronologique par les universités Shanxi Normal University, Northwest University (China), Xi’an Transportation University, Shandong University, Hunan Normal University, Hong Kong Institute of Education, University of Hong Kong, Beijing Normal University, Central China University of Science and Technology et Qinghai Normal University. La biographie de son site web le présente comme le maître bouddhiste tibétain le plus reconnu et le plus influent en Chine.

KS figure aussi comme un des acteurs principaux du Symposium Mondial de la Jeunesse Bouddhiste (World Youth Buddhist Symposium) à Chiang-Mai (Thaïlande), organisé par le World Youth Buddhist Society.

2ème jour du symposium 2017 (page FB Sogyal)
Cette année a eu lieu le septième symposium. Sogyal fut présent à l’invitation de KS, malgré son retrait de la direction de Rigpa et sa retraite. La photo de leur rencontre fut publiée sur la page Facebook de Sogyal le 30 juillet 2017. Le texte accompagnant précise que Sogyal retournera aussitôt dans sa retraite.[6] Notons cependant que KS n’a pas publié la photo avec Sogyal. Dans sa publication FB de photos du même jour (2ème), Sogyal n’apparaît pas.

2ème jour du symposium 2017 (page FB KS)
Quelques livres en anglais de KS sont :
Tales for Transforming Adversity: A Buddhist Lama's Advice for Life's Ups and Downs (
Wisdom Publications 2017)
Achieve by Doing (2016)
Always Present: The Luminous Wisdom of Jigme Phuntsok (Snow Lion 2015)

Pour un aperçu de ses tournées et conférences.

-

La préface de Dzongsar Khyentsé R. (DKR) que l'on trouve dans les deux livres anglais de Khenpo Tsultrim Lodrö (KTL), est en fait le transcript de la présentation de KTL par DKR lors d'une conférence à Taiwan le 22 janvier 2015. Dans cette présentation DKR s'inquiète de l'avenir du Buddhdharma :
Even though as I said my lifestyle is colorful and often myself. Probably one good thing that I can boast about is I do know that I should worry about the survival of the Dharma. There is a reason to be concerned, a reason to be worried. In fact we should be in panic.”[7]
Et il se réjouit que, tandis qu'une implantation stable du bouddhisme semble stagner dans l'Ouest, que même en Inde, le lieu d'origine du bouddhisme, il n'a pas l'attention qu'il mérite (voir la réponse de Jay Garfield à cet argument), des gens comme KTL travaillent aux réussites futures du bouddhisme (tibétain) en Asie, et notamment en Chine. Il finit sa présentation sur une note légère, mais néanmoins symbolique. DKR dit qu'il est l'avatar d'Obi Wan Kenobi et il transmet son sabre laser à KTL en demandant toute la salle de dire avec lui : "Que la force soit avec toi !". KTL est désormais adoubé et investi de tous les espoirs.

Taiwan 22/1/2015
KTL semble actuellement vivre la plupart du temps aux Etats-Unis où il fait l'apprentissage de la langue et de la culture américaine.

Quand on voit l'envergure des activités des deux lamas de Larung gar, les voyages, les centres qui s'ouvrent partout, les publications y compris multimédias, les conférences et les symposiums, l'attention et l'admiration que leur portent des lamas comme Sogyal Rinpoché et Dzongsar Khyentsé Rinpoché, on se demande comment tout cela est financé, surtout vu le fait que le bouddhisme tibétain n'a pas d'hiérarchie officielle (source : Matthieu Ricard etc.).     

***

[1] « At the beginning of 1984, Khenpo turned down the position of Committee Secretary in the District Three division of the Luhuo County Government. » Source

[2] Vima nyinthik, Lama nyingthik, Khandro nyinthik et Khandro yangthik.

[3] « In 1994 Khenpo Tsultrim Lodrö was sent by Khenchen Jigme Phuntsok to Singapore to teach on the Buddhadharma, commencing what would prove to be a long career of Dharma outreach among overseas audiences. » Source site web Luminous

[4] « Since 2014, Khenpo resumed his overseas journeys again after a sixteen-year hiatus, and was invited to give lectures in Hong Kong, Taiwan, Japan, Singapore, Malaysia, Indonesia, Canada, the USA, the UK, Australia and New Zealand, etc. Khenpo was also invited for talks scholarly discussions at prestigious academic institutions such as Harvard, Oxford, Stanford, UC Berkeley, Columbia, Washington University, Virginia University, Toronto University, Auckland University, Sydney University, and Melbourne University, as well as at companies like Google, together with experts and scholars in the fields of science, philosophy and psychology, discussing the mystery of life and the spirit, based on scientific and Buddhist principles.» source Luminous

[5] « These works include a Commentary on The Essence of The Heartfelt Advice, Clarifying Madhyamaka, Questions and Answers on Perfecting Wisdom, and A Thesis on Past Life and This Life » Source.  Liste des publications sur la biographie du site Luminous

[6] « Sogyal Rinpoche was pleased to address the World Youth Buddhist Society in Chiang Mai today at the invitation of Khenpo Sodargye Rinpoche from Lharungar. Sogyal Rinpoche spoke at this conference to honour a long-standing commitment to Khenpo Sodargye. He will now return into retreat. »

[7] .   "In this degenerate time, the glory of the Buddha is dim. The weight of the Dharma is not felt. And I know that the Buddha said one should not depend on the person but on the truth. But the actual realization of the Dharma is invisible for most of us. The Script of the Dharma is too vast and deep and most of us are too lazy to comprehend and even pursue. Even though we know we should not rely on a person, we human beings have the habit to look up to something concrete or human as a role model. So teachers, masters, spiritual leaders are very important. And as for teachers, masters, lamas, we have no shortage. We have so many, much more than used T-shirts. This is an age when teenagers even have the name HH. Genuine upholder of the Dharma is so rare like a star of the daylight. The few that we have are not shining. As the Buddha said, only an enlightened being can judge whether the other person is enlightened or not. So I cannot say really who is a perfect being or not. But we do have interest in Dharma practice – still we do even at this age – so naturally importance of the expounder of the Dharma becomes important. “Even though as I said my lifestyle is colorful and often myself. Probably one good thing that I can boast about is I do know that I should worry about the survival of the Dharma. There is a reason to be concerned, a reason to be worried. In fact we should be in panic.” Of course, this alone is the blessing of my own masters who spent so much time and energy worrying about the survival of the Dharma. Under their blessing and guidance, I have learned not to just worry for my own backyard, Tibetan Buddhism, but I have learned to worry about Shingon Buddhism in Japan and Theravada Buddhism in Sri Lanka. It may not be constant, but I do at times worry. I also worry that there is nobody that worries. Even the lamas who are with gray hair and wrinkled hair, they don’t seem to worry. They may worry but they may worry only with their temples, or at best, their own lineage."

4 commentaires:

  1. En 2015 j'ai rencontré Khenpo Sodargyé à Paris où il avait été invité au Collège de France pour y faire une conférence sur la femme dans le monde bouddhique du Tibet. J'étais intervenu à une ou deux reprises lorsqu'il a abordé des éléments du tantrisme bouddhique avec lesquels les traducteurs universitaires (entre autres F. Robin) ne sont guère à l'aise. Son accent est à couper au couteau, du mongolo-gokok. Je lui avais en particulier transmis les tashis déleks du grand Khenpo Tsulnam de Palpung Shérab Ling que nous avions convié à diriger le 3e Kagyu Meunlam France à Paris et qui se connaissent bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de l'info.
      DKR disait celui de l'accent ou plutôt dialecte de l'autre khenpo Tsultrim Lodrö :
      "I have not received any teaching from Khenpo Rinpoche. I did try to listen to some recordings, but I gave up because his dialect is too strong for me."

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Je ne sais pas pourquoi mais moi cela ne me choque pas trop les questions de financements sachant que les donateurs sud-asiatiques ont la réputation d'être nombreux et généreux. Je ne suis pas du tout d'accord avec les insinuations sur le fil de Ling Lhamo qui tendent à faire penser que ces lamas seraient sous influence de la Chine. Il est tout à fait logique qu'il ne s'associent pas au Dalaï-Lama, condition sine qua none pour avoir le droit de voyager à l'étranger pour des personnages médiatiques.
    Il faudrait trouver l'équivalent de ce qu'on avait trouvé dans le sillage du Karmapa OTD et de son secrétaire général pour attester de manipulations frauduleuses, comme ici : https://offshoreleaks.icij.org/nodes/153909
    Je ne serais de toute façon pas choqué si effectivement il y avait des histoires de gros sous mais la connexion avec le gouvernement chinois me semble invraisemblable.

    Nicolas

    RépondreSupprimer
  3. Merci Nicolas. Je suis d’accord avec vous. Je ne serais pas choqué non plus, mais j’aime bien savoir généralement, en cas de gros sous, d’où cela vient. Je reposte ici la réponse donnée sur ma page FB sur une question similaire.

    « Des hypothèses sur comment tout cela est financé? (Cf votre conclusion) »

    « Même pas d’hypothèses pour l’instant. C’est juste cette question qui m’est venue à l’esprit après tout ce que j’avais écrit. Ce sont des énigmes pour moi. Je n’arrive pas à les « lire ». Ils sont de Larunggar, endroit très traditionnel, et en même temps ils semblent savoir parfaitement utiliser toutes les technologies, y compris au niveau du management et de la communication, des événements léchés... Larunggar ne me frappe pas comme un endroit où l’argent ruisselle (les dons suffisent-ils pour cette activité ?), donc je me pose des questions. Des contacts, c’est certain. Dans ce cas lesquels ? Ils sont apparemment en contact avec Sogyal et DKR, sans doute d’autres. Et ils ont l’air d’être l’espoir du bouddhisme tibétain pour une diffusion vers le monde sinophone. Américaine ?

    DKR me frappait jusqu’à quelques années comme un lama moderne, cool, sympa, inventif, jusqu’à ce que je lise véritablement ce qu’il écrit et dit. Cette combinaison d’une utilisation parfaite du monde moderne et à la fois une pensée très traditionnelle, y compris avec des attaques des valeurs occidentales me dépasse. Je m’attends à quelque chose de ce genre avec les deux khenpos plus réservés, mais je continue d’observer.

    Pour l’instant, rien ne me suggère que les khenpos, ou l’un deux soit un genre d’agent double chinois, comme cela semble avoir été suggéré (photo, commentaires) sur les réseaux sociaux. Je ne pense pas que l’argent vienne de ce coin. Mais la facilité de déplacement (passeports, visas) est impressionnante. »

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...