vendredi 22 novembre 2013

Jacqueries et messianisme sur la route de la soie



Kavadh 1er (449-531) fut un roi sassanide de Perse qui avait eu deux périodes de règne (488 à 496 et de 499 à 531) entrecoupées par un séjour chez les Huns hephthalites. Sous l’influence du réformateur zoroastrien Mazdak (mort en 528), il veut « briser la puissance de la noblesse et de l'église mazdéiste, abolir l'inégalité sociale en établissant le partage des terres et la mise en commun les femmes ». Il échouera et sera déposé en 496 par les nobles et le clergé. Il s’évade et remontera sur le trône en 499. Les mazdakites, les disciples de Mazdak, sont placé à des postes importants. Les biens des aristocrates sont saisis et rédistribués au peuple. Dans les années 520, il se réconcilie avec les élites. Fin 528 (ou début 529), en intervenant contre les pillages et les jacqueries des mazdakites, il fera exécuter Mazdak. Avec l’aide du clergé zoroastrien, il arrive à faire désigner son fils Khosrau comme successeur.

Le mazdakisme serait un un dérivé du manichéisme ou du mazdéisme. Sa doctrine est dualiste, de type zoroastrien avec une opposition entre Lumière et ténèbres, bien et mal. C’est la Lumière/le bien qui doit se répandre. Cela passe pour Mazdak par une conduite morale (ascèse, interdiction de tuer, végétarisme,...). Les injonctions aider les nécessiteux et ne pas chercher à s'enrichir aux dépens des siens semblent être prises très au sérieux. Mazdak met en cause le clergé pour l’injustice dans la société de l'Empire sassanide et veut bâtir un nouvel ordre social.

A la même époque, à Chiang-nan et dans le nord de la Chine, un mouvement similaire a lieu. Des moines dissidents mènent la rébellion du peuple. Ils se reclament de Prince Clair-de-lune (Candraprabha) et de Maitreya, le Bouddha futur. Dans un sūtra apparu à cette époque (le Discours sur l’extinction de la doctrine, Fa miejin jing, Taishô 396, avant 515), le Bouddha explique que pendant la période de déclin de la doctrine, les démons prendraient l'aspect de moines, afin de détruire la doctrine. Mauvais temps pour le clergé de type « zoroastrien » proche de l'aristocratie un peu partout dans le monde. Une première révolte sera vaincue, mais Il y eut d’autres rebellions par la suite.[1]

Y a-t-il un lien entre ces rebellions contre le clergé et l’aristocratie en Perse et en Chine ? Entre le dieu de la Lumière, qui vit au Paradis, situé au Ciel, vénéré par les Mazdakites et Maitreya/Prince Clair de lune ? Et d’où lui venait cette drôle d’idée, au roi tibétain Mu ne btsan po (nom en langue de Zhang Zhung, 762-799), de redistribuer les richesses ? Est-ce qu’il s’était inspiré d’idées des uns ou des autres ? Ou avait-il cédé à des pressions venues du peuple ?

***

Màj 15072014 Mythes, messies et millénarisme

[1] P.e. 613: The monk Xiang Haiming claimed to be Maitreya in Fufeng prefecture (western Shaanxi) and led a rebellion. The elite of the Chang’an area hailed him as a holy man (dasheng) because they had auspicious dreams after following him, and his army swelled to several tens of thousands before he was defeated by government troops.[Buddhist Political Ideology in the Mahayana Rebellion and Moonlight Child Incident of 6th century China, China History Info. Retrieved 29 November 2006.]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...