jeudi 10 juin 2021

Le difficile parcours d'une nonne bouddhiste

Nonne bouddhiste tibétain (photo Katie Lee Flickr)

Suite à la première Réunion hivernale Arya Kshema[1], SS Karmapa XVII (SSKXVII) présida le 30 janvier 2014, au monastère de Tergar à Bodhgaya (Inde), au “Rituel spécial pour les nonnes”. Le rituel avait pour but de dissiper les nuisances, les difficultés et les obstacles au “dharma des nonnes[2].

C’est suite à cet événement et durant ce rituel, que Vikki Hui Xin Han (Mme Han) décida de devenir une nonne bouddhiste. A cette occasion, elle eut une brève rencontre avec SSKXVII, qui approuva son choix de devenir nonne.

Lors de la deuxième Réunion hivernale Arya Kshema, SSKXVII fit lannonce historique de la décision de restaurer la lignée des nonnes pleinement ordonnées (skt. bhikṣuṇī tib. dge slong ma), qui avait été interrompue au Tibet. Ce projet allait commencer l’année d’après avec l’ordination des nonnes novices (tib. dge tshul ma) durant la troisième Réunion hivernale Arya Kshema[3].

En 2016, Mme Han prit les voeux de nonnes novice (“nun in training”), et commença également une retraite de trois ans et de trois mois dans un centre de retraite dans l’état de New York, pour apprendre les pratiques et les enseignements de la lignée Kagyu (Han v Dorje, 2021 BCSC 939 (CanLII)). Dans le procès devant la court Canadienne, SSKXVII est désigné par le nom “Mr. Dorje”. Je vais suivre l’exemple du Tribunal et utiliser ce nom pour tout ce qui concerne les allégations. Pendant le séjour de Mme Han dans le centre de retraite, Mr. Dorje y fit deux visites.

Le 14 octobre 2017, Mr. Dorje aurait agressé sexuellement Mme Han dans sa chambre, dans l'enceinte du centre de retraite. C’est suite à cette agression sexuelle, que Mme Han serait tombée enceinte. Durant un entretien privé en présence des gardes de corps de Mr. Dorje, Mme Han lui aurait dit qu’elle était enceinte de lui. Mr. Dorje aurait nié sa responsabilité, mais lui aurait quand-même donné son téléphone et e-mail personnels, et promis de l’aider financièrement.

Suite à cette rencontre Mme Han abandonne son projet de devenir une nonne [pleinement ordonnée], quitte la retraite, et rentre au Canada. Mme Han et Mr. Dorje auraient par la suite régulièrement communiqué au sujet de l’enfant à naître, et d’un éventuel futur à deux. Le 19 juin 2018, Mme Han donne naissance à une fille. Mr. Dorje lui aurait dit à cette occasion que “prendre soin d’elle et de toi sera mon devoir à vie”. Le dernier projet dont ils auraient parlé était l'immigration de Mme Han et l’enfant aux Etats-Unis, pour y vivre au centre de retraite de l’état de New York. Mr. Dorje les aurait pris en charge dans ce cas.

Depuis janvier 2019, il n’y eut plus de contacts entre les deux, et le procès fut initié le 17 juillet 2019.

A cause de ses projets pour raviver la tradition moniale tibétaine en donnant aux femmes presque les mêmes possibilités d’une carrière religieuse que les hommes, Adele Wilde-Blavatsky du Huffington Post, avait qualifié SSKXVII de “moine tibétain féministe”. SSKXVII aurait lui-même des voeux de moine. Il ne serait pas certain de quel type (novice, moine pleinement ordonné). Le Vinaya interdit aux moines, qu’ils soient novices ou pleinement ordonnés, d’avoir des rapports sexuels. Transgresser ce voeu est une des offenses les plus graves (pārājika), et entraîne une expulsion définitive de l'Ordre.

S’il s’avérait que les allégations étaient fausses, et que Mr. Dorje ne pourra pas être mis en cause (ou qu'il y aura un accord amiable extrajudiciaire par la suite), il reste le fait qu’une femme, qui avait le projet de devenir nonne, inspirée par le projet de revalorisation des nonnes bouddhistes tibétaines (Arya Kshema) et la restauration de l’ordination des bhikṣuṇī, qui avait pris les voeux de novice, et faisait une retraite de trois ans - montrant par là le sérieux de son engagement - ait pu tomber enceinte dans le centre de retraite Karma-Kagyu de l'état de New York.

En dehors des accusations personnelles contre SSKXVII, ce fait mériterait d’être examiné et expliqué, et des mesures devraient être prises, pour éviter que d'autres religieuses en retraite subissent le même sort, et pour véritablement protéger les femmes, et leurs corps, dans le cadre du projet annoncé. Ce n’est pas une tâche qui incombe à des Dharmapāla, ou à “Avalokitesvara et Ānanda”[4] par le biais d’un “rituel spécial”, qui d'ailleurs n’a clairement pas fonctionné dans ce cas.

***


[1] Ārya Kṣemā fut une nonne bouddhiste, et une des disciples directes du Bouddha.

[2]At this auspicious moment, when nuns in the Karma Kagyu tradition are stepping forward to more fully inhabit their valuable place within the sangha, and to take full advantage of the opportunities opening up for them, the Gyalwang Karmapa decided to perform this ritual so that the Buddhist teachings in general, and the community of nuns in particular can thrive.

The ritual aims to dispel any harms, difficulties or obstacles to the nuns’ dharma, through powerful supplications to Avalokitesvara and the Buddha’s own personal attendant, Ananda.” Kagyu Office A Special Ritual for the NunsDharma to Flourish 30/01/2014

[3] Beginning with the restoration of the novice ‘getsulma’ and training ‘shikshamana’ nun’s vows next year, which will be conferred with the assistance of a special contingent of nuns from the Dharmagupta tradition, this will then lay the necessary framework leading to ‘gelongma’ or ‘bhikshuni’ full nun’s vows in the future.

The biggest event during next year’s Third Arya Kshema Winter Dharma Gathering will be reinstituting the novice and training vows for nuns within the Tibetan tradition,” he said. “This will be a historical event.” Kagyu Office Gyalwang Karmapa Makes Historic Announcement on Restoring NunsOrdination 24/01/2015

[4]The ritual aims to dispel any harms, difficulties or obstacles to the nuns’ dharma, through powerful supplications to Avalokitesvara and the Buddha’s own personal attendant, Ananda.” Kagyu Office A Special Ritual for the NunsDharma to Flourish (30/01/2014)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire